Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2013-06-25T17:57:24+02:00

le dilemne: valve mécanique ou biologique?

Publié par Nabel

si vous ne l'avez pas compris, je suis allée chez le dentiste récemment... en lui annonçant que j'avais un RAO, il m'a évidemment demandé si j'étais opérée. Je lui ai dit que l'opération était proche. Donc sur le ton de la discussion, il m'a demandé quelle prothèse j'allais choisir, mécanique ou biologique. je lui ai donc répondu qu'on m'avait proposé un Ross.

devant ses yeux ronds je lui ai expliqué ce que c'etait, comme je vous l'ai expliqué il y a quelque jours.

alors, pour reprendre, je vais vous faire un petit topo sur les valves mécaniques et biologiques. Chacune a ses avantages et ses inconvénients.

Les prothèses mécaniques:

Les prothèses mécaniques sont les plus anciennes. Elles sont formées en acier, titane ou carbone, elles sont composées d'un disque sur lequel sont fixées 2 ailettes qui permettent d'ouvrir ou fermer le "canal". Ces valves ont une bonne hémodynamique, une durée de vie supérieure à celle du patient chez qui on l’implante mais nécessitent un traitement anticoagulant à vie, sinon des caillots sanguins vont se former et risquent de causer un AVC par exemple. Le traitement anticoagulant impose un contrôle régulier de son efficacité faute de quoi le patient peut être l’objet d’hémorragie quand il est trop anticoagulé ou au contraire d'une embolie si le traitement n'est pas suffisant. Ce taux d'anticoagulation est symbolisé par l'INR.

les bioprothèses:

Les bioprothèses ou prothèses biologiques sont faites de tissu animal (valve porcine ou péricarde bovin). Elles ne nécessitent pas de traitement anticoagulant mais elles ont une durée de vie plus limitée (15 à 25 ans) que les prothèses mécaniques. Elles durent plus longtemps en position aortique car leur contrainte est moins forte qu’en position mitrale où leur contrainte est plus forte. Elles durent aussi d’autant plus longtemps que le métabolisme, notamment calcique, du patient est modifié. .Par exemple, chez l’enfant, elles ne duraient que quelques années (3 à 5) et ont été abandonnées. Tandis que chez le sujet âgé, elles durent beaucoup plus longtemps (20 à 25 ans en position aortique).

alors, quelle valve choisir?

L’âge et la nécessité ou non de suivre un traitement anticoagulant vont, pour un patient donné, conduire au choix d’une bioprothèse ou d’une prothèse mécanique.

Schématiquement, les patients au-delà de 65-70 ans recevront une bioprothèse qui ne nécessite pas de traitement anticoagulant mais avec un risque de dégénérescence structurelle après 10 à 15 ou 20 ans de fonctionnement.

A l’inverse, les patients de moins de 65-70 ans recevront plus volontiers des prothèses mécaniques mais seront soumis à vie à un traitement anticoagulant.


En plus de ces critères importants de l’âge et du traitement anticoagulant, d’autres critères vont orienter le choix de la prothèse valvulaire, notamment le désir du patient, ses activités physiques professionnelles et sportives.
Par ailleurs, chez la jeune femme en âge de procréer, on préfèrera une bioprothèse afin d’éviter les risques tératogènes (qui est toxique pour le foetus) du traitement anticoagulant qui, de plus, est difficile à équilibrer au cours de la grossesse en raison de la variation du volume du sang (volémie).

Chez le patient qui ne peut pas suivre un traitement anticoagulant ou qui ne peut pas en contrôler son efficacité pour des raisons économiques, sociales, géographiques ou psychiques, on préfèrera utiliser une bioprothèse plutôt qu’une prothèse mécanique.
Les patients qui sont déjà sous traitement anticoagulant en raison d’une autre pathologie (troubles du rythme cardiaque, antécédents d’embolie pulmonaire, autre prothèse cardiaque mécanique déjà implantée...) recevront plus volontiers une prothèse mécanique qu’une bioprothèse.

On voit ainsi que si l’âge, la possibilité de suivre et de contrôler un traitement anticoagulant, le désir du patient sont les facteurs principaux du choix d’une prothèse cardiaque, au final, ce choix doit être l’objet d’une discussion entre le patient, le cardiologue et le chirurgien.

et moi, quel est mon choix?

Ces données scientifiques sont belles, mais peut être ma démarche de réflexion aidera-t-elle mieux d'autres jeunes femmes, dans le même cas que moi à l'annonce de l'opération future.

Quand j'ai appris que je devais me faire opérer à plus ou moins long terme, le cardiologue, habitué aux personnes un peu plus agées, m'avait uniquement parlé des bioprothèses ou des valves mécaniques. Lui était un homme, et il m'avait dit, au vu de mon âge, qu'il n'y avait aucune hésitation à avoir sur le choix de la prothèse, que lui me conseillerait une mécanique.

Mais, cela complique énormément la grossesse, qui, en gros, se passe à l’hôpital le 1er et le 3e trimestre (wahou!!)

alors là, le moral en a pris un très gros coup.

Par rapport à ma propre histoire, je tiens absolument au fait d'avoir des enfants, en menant à bien mes grossesses. Bien sûr, on peut adopter, mais l'ayant été moi même, je souhaite vraiment "porter" ma famille. Cela parait à la fois étrange et logique...

de même, j'ai beaucoup de convictions, et d'idéaux, qui me font rêver d'une grossesse naturelle, de l'allaitement... choses impossibles avec un traitement anticoagulant.

et, dernier point, un traitement anticoagulant est difficile à équilibrer durant la grossesse, et j'avais très peur de faire une hémorragie, ou au contraire un AVC, qui aurait pu au mieux, me tuer, au pire, me rendre grabataire et incapable d'élever mes enfants.

cela me paraissait inconcevable.

alors si je n'avais pas eu le choix, j'aurai opté pour une valve biologique, même si elle impose de repasser à moyen terme sur le billard.

Pour l'intervention de Ross j'ai dû néanmoins faire ce choix, car la valve pulmonaire peut parfois présenter des anomalies indécelables aux différents examens. Celles ci se découvrent à coeur ouvert. Mon chirurgien a fini de me convaincre sur le choix d'une bioprothèse. Elle me permettra d'avoir une vie normale pendant 5 à 10 ans. Fonder ma famille, et puis après éventuellement me faire réopérer ensuite. Et je me dis que dans 10 ans on aura certainement le moyen de ne pas ouvrir le thorax, ou des anticoagulants moins dangereux...

Si mon Ross réussit je serait tranquille pour environ 20 ans. là j'en aurai 40, mes perspectives auront changé...mes enfants seront grands...

voilà ma réflexion. Cela n'engage que moi bien entendu.

Ensuite, pour les jeunes femmes, (et pour tout le monde aussi) n'hésitez pas à consulter dans de grands centre hospitaliers, ou des centres spécialisés en chirurgie cardiaque même s'ils sont loin de chez vous. Parce que ceux ci sont à la pointe de la recherche et de la technologie, et qu'ils pratiquent des techniques qui ne sont parfois pas connues dans les CH moins importants. ça permet aussi d'avoir des arguments et des aides à la réflexion. et la sécu rembourse le 2nd avis médical pour les interventions chirugicales etc... alors pourquoi s'en priver?

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog